Fais-moi mal, envoie-moi au Ciel !

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. isabelle dit :

    génial !

  2. Yoann dit :

    Damned! Je veux tout: le désir et la plénitude. Est-ce trop? et même le shampoing! o)))
    MC

  3. Sashah dit :

    Excellent article!!! Merci beaucoup

  4. Jubilaire dit :

    Merci pour l’article et le style alerte! Cette histoire de désir me rappelle le discours d’un certain R Girard sur le désir mimétique, et le mimétisme congénital découvert dans les neurones miroir. L’auteur parle lui, de prendre conscience de ce mimétisme, qu’il visualise aussi comme une attraction entre deux corps (où l’on peut parler de masse psychologique et pourquoi pas appliquer la formule d’attraction des corps, inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare), afin de s’en libérer. Il me semble que ce travail de démimétisation (oh un néologisme!) est le même travail que la déprogrammation non? Meilleures salutations.

    • Yoann VIDOR dit :

      Bonjour Jubilaire,
      et merci pour votre partage. J’avais entendu parler de René Girard mais n’avais pas fait de lien entre sa thèse et le sujet.
      Nos trois corps de manifestation (corps physique/énergétique, astral/émotionnel, et corps mental concret/intellect) sont par définition des « voiles » de substance-matière qui sont les robes de notre âme (l’être intérieur). Ils sont composés de vies à échelle infinitésimale (particules, électrons, etc.) qui répondent, comme vous le dites, à la formule d’attraction des corps. Quand un être s’incarne, il « attire » à lui les particules, les électrons (la substance matière) qui vibrent à l’unisson avec sa fréquence énergétique. Cela veut dire que lorsque nous nous incarnons, nous repartons du niveau de conscience où nous nous étions interrompus précédemment, et que tous nos désirs, pensées, comportements réflexes non maitrisés (désirs) seront de nouveau appelés à nous. Il se peut que par effet miroir, nous soyons attirés dans un 1er temps vers des personnes qui présentent les mêmes comportements que nous (qui se ressemble, s’assemble), quitte à ce que ce soit par désir mimétique. Mais à terme, nous avons en tant qu’âme le devoir de maitriser nos corps de désir pour ne plus en être le jouet. À ce moment, la déprogrammation s’enclenche (quitter l’illusion liée aux désirs) et l’âme (qui nous sommes réellement) peut prendre le relai. Cela ne veut pas dire renier le corps, l’émotionnel, le mental; cela signifie en avoir la maitrise pour ne plus être l’esclave des pulsions, des passions, des formes pensées toutes faites.
      Merci Jubilaire pour votre intervention! Au plaisir de vous relire, Yoann

  1. 25 septembre 2016

    […] Fais moi mal, envoie-moi au ciel, j’avais brossé à grands traits le « journal d’un bien pensant ». Alors bien sûr, quand […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *